Un « livre ami » pour choisir la vie

Evelyne Frank

Le dernier livre d’Evelyne Frank, professeure de lettres et théologienne strasbourgeoise, devrait être offert largement et partout. Celle qui ne craint pas d’affirmer qu’elle a longtemps « détesté la vie » fait ici le partage de ce qui l’aide à affronter tout ce que l’existence impose comme deuils, défis et autres épreuves. Qu’elle évoque la nécessité de prendre soin de soi-même quand on va mal, l’importance accordée à l’alimentation, la façon d’attendre des résultats médicaux ou d’aborder la vieillesse, jamais il n’est question dans ces pages de recettes toutes faites. Point de théorie ou d’injonction donc, mais la densité d’une expérience humaine et spirituelle, relue à l’aune d’une solide culture biblique, littéraire et psychanalytique. L’humour, la poésie et l’attention au concret sont omniprésents, comme pour encourager le lecteur à consentir lui aussi aux « paradoxes du désert, où la tristesse et les angoisses ne sont pas incompatibles avec la joie ». Une chose est sûre : loin de toute bondieuserie, Evelyne Frank a le don d’initier de façon remarquable à l’expérience pascale.

Caroline Lehmann - Le nouveau Messager, Magazine protestant régional, Uepal (Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine), mars-avril 2017


Les choses n’ont plus peur de toi. Quand nos lieux et nos objets se font parole

Evelyne Frank

Evelyne Frank

Les lieux où nous habitons, les objets dont nous nous entourons, nous parlent-ils ? Leur parlons-nous ? Car une relation se tisse aussi entre nous et notre entourage... (Voir la recension de La Nouvelle Revue Théologique)


L'oeuvre de Hilde Domin

Evelyne Frank

Evelyne Frank

Une vie à empoigner

Une oeuvre peu connue à savourer pour sa sagesse de vie ! Notre vie telle qu’elle nous échoit avec ses pertes, ses douleurs, ses manques et ses bonnes surprises est à empoigner pour la rendre belle, riche et féconde. « Hilde Domin est un de ces auteurs, comme Etty Hillesum, Edith Stein ou Hélène Berr, qui suscitent un véritable réseau d’amitiés » indique Evelyne Frank qui en fait une analyse très fine. Un témoignage qui ouvre au changement, à l’espoir et à l’inattendu par-delà la solitude.

Laurence Levard, Carrefours d’Alsace, décembre 2015, p. 28.

Le bref carillon des perce-neige

Evelyne Frank

Evelyne Frank

Cet ouvrage qui emprunte son titre à un vers de Claude Vigée est assez rare par la qualité de l’écriture, la justesse de l’expérience et du propos. C’est une sorte de vade-mecum face aux épreuves majeures d’une vie (perte d’un être cher, ennemis…) comme le dit son sous-titre: «Pour quand c’est dur». Docteur ès lettres et en théologie, Evelyne Frank s’appuie sur les nombreux personnages bibliques qu’elle décortique à l’aune de sa sensibilité, de sa foi et de son expérience. Une petite musique particulière inoubliable. (Laurence Levard: Carrefours d’Alsace, mai 2014, p. 27.)

Il faut commencer par la confidence qui «scelle» ce troisième recueil de méditations d’Evelyne Frank. C’est un In memoriam dédié à Wilfred Frank, son père. Pourquoi ces deux pages émues, parfois sévères et pourtant pleines d’une tendresse déférente ? Selon les âges de la vie et des événements traversés, ne serait-ce pas que le courage «pour quand c’est dur», trouve, en partie, sa ressource, sa capacité de «résilience» dans la mémoire, enfouie parfois, de la délicate et ferme poigne du «père» encore «présente» ? Et dont la mémoire donne à y reconnaître comme une icône de la paternité divine, de sa Providence ? Déjà, dans le 1er vol., «… pour le temps ordinaire», avait été évoquée cette «résilience» en laquelle l’A. reconnaissait «comme une forme profane du salut». Il n’y a pas d’autre «salut» qu’en Jésus « Dieu-sauve ». Chaque page, ici encore, balisant les cheminements spirituels où nous sommes accompagnés dans toutes les circonstances périlleuses de la vie, si justement évoquées dans leur horizon biblique, tinte ce bref carillon où résonnent les perce-neige de la confiance du «Notre Père». Il ne faut rien dire de plus, sinon de se laisser convoquer dans ce «Notre» fraternel.

J. Burton sj Nouvelle Revue Théologique, Faculté de Théologie de la Compagnie de Jésus, Bruxelles, tome 136 / n°4, octobre-décembre 2014, p. 659.


Un jour pourtant. Sagesse pour le temps ordinaire

Evelyne Frank (L'Harmattan 2007, 143 p., 13,50 euros)

Evelyne Frank

Il suffirait de lire la dédicace de ce livre -où l'A. ne fait que remercier ceux et celles qui ont façonné son corps et son âme- pour essayer d'entrer avec elle dans son monde. Il est fait d'Ecriture sainte et de réalités quotidiennes, de sagesse biblique et de poésie personnelle. Nourri aussi des rencontres avec les femmes et les hommes de ce temps. Un regard intense sur la vie (lehayyim ) et une prière du cœur. Un chant qu'on écoute et qu'on interprète, chacun selon sa sensibilité, au cœur du monde des gens qui peinent et qui souffrent, pour leur insuffler courage et espérance. Tout simplement.
Un beau livre à reprendre et à goûter, à savourer comme un élixir de jouvence et une prière secrète, qui tendrement, mystérieusement, nous imprègne. Merci à l'A. de l'avoir écrit.

J. Radermakers sj, Nouvelle Revue Théologique,Tome 130/n°3, juillet-septembre 2008.


Il suscite d'autres fêtes... Temps de fête pour la Sagesse

Evelyne Frank, L'Harmattan 2012, 156 p., 16,50 euros

Evelyne Frank

Des fêtes qui pétillent et qui ont du goût. Docteur en lettres et en théologie, Evelyne Frank enseigne en collège. Spécialiste du rapport Bible/poésie, elle livre ici un ouvrage au ton plus personnel où elle parle avec délicatesse de sa foi et de son éthique. C'est peut-être parce que « souvent, les fêtes sont tristes et qu'elles font peur, surtout celles qui sont obligatoires », qu'Evelyne Frank s'est attaquée à cette thématique. Elle égrène alors le chapelet des fêtes chrétiennes : l'Avent, Noël, Carême, Pâques, Pentecôte..., convoquant tour à tour les Rois mages, Josué (celui qui fit entrer les Hébreux en terre promise), Etty Hillesum ou Nicodème. Elle dégage peu à peu ces fêtes de tout ce dont on les a affublées et qui fait qu'on ne les reconnaît plus vraiment. Issue d'un foyer mixte catholique/protestant, elle parle du geste des cendres ou du signe de la croix avec une finesse et surtout une liberté que les protestants classiques ne se permettraient pas.J'ai aimé le chapitre sur le Nouvel An et sa thématique du « mystère du temps perdu et retrouvé &raquo. Comme celui sur le Samedi Saint où, « en apparence, il ne se passe rien », mais qui est « une initiation au désir ». Toute la thématique autour de Pentecôte parle de Saint Esprit comme j'en ai rarement entendu parler, multipliant les pistes, ouvrant des perspectives inédites. Ce livre est un enchantement et une belle invitation à réinventer des fêtes familiales, amicales ou paroissiales qui ont du goût et du sens.

Patricia Rohner - Hégé, rédactrice en chef, Le nouveau Messager, Magazine protestant régional, Uepal (Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine), juillet-août 2012


Les roses s'adossent au mur - Sagesse pour quand c'est dur

Evelyne Frank, L'Harmattan 2012, 136 p., 14 euros

Evelyne Frank

Quand la vie devient trop lourde, que je ne supporte plus la solitude, la maladie, ou les éternels tracas financiers... non, « je ne suis pas obligée de rester malheureuse ». Le ton est donné dès le premier chapitre et nous serons nombreux à nous sentir concernés ! Evelyne Frank va jusqu'au fond des choses, même si ça fait mal. Mais elle le fait avec délicatesse. Son livre abonde de conseils concrets pour ruser avec le malheur et se donner les moyens pour relever la tête. Son bon sens s'appuie sur une réflexion et une spiritualité incarnée, fruits d'un long parcours personnel. De nombreux passages sentent le « vécu ».
C'est un livre sur lequel on revient, tel chapitre parlant plus à certaines époques de la vie qu'à d'autres. Celui sur le rapport que nous entretenons avec les objets ou celui sur le tabou des vacances que l'on aborde avec crainte offrent un regard inédit. Evelyne Frank est convaincante quand elle fait l'éloge de la simplicité de vie qui n'est pas synonyme du n'importe quoi ou du laisser-aller, mais d'une nouvelle façon de danser sa vie et de faire honneur à la beauté et à la bonté. Un livre à mettre délicatement dans les mains de ceux que nous aimons et qui traversent un passage difficile.

Patricia Rohner - Hégé, rédactrice en chef, Le nouveau Messager, Magazine protestant régional, Uepal (Union des Eglises protestantes d'Alsace et de Lorraine), juillet-août 2013.