Quand mon mandat de membre d’EAP s’achèvera, je ne demanderai plus à le renouveler. Je pense que ce temps est passé pour moi.

J’ai bientôt 60 ans, j’estime devoir entrer dans une autre dynamique de mon être, que j’appelle, au grand effroi de beaucoup, la vieillesse, alors que c’est juste la prise en compte que je n’ai plus 6000 mais 60000 km au compteur. Je voudrais ici remercier la paroisse des Hausbergen (67200) pour ce qu’elle m’a donné de précieux dans cet engagement.

Il y a eu, de la part de beaucoup, une grande bienveillance. J’y ai été d’autant plus sensible que je m’étais engagée de tout mon coeur et le suis restée. Cette bienveillance retentissait tout fort dans mon appartement de célibataire. Elle continue de me parler. C’est bien concret, puisque je suis devenue ainsi marraine d’une toute petite qui grandit et grandit bien ! Bonheur pur !

J’ai beaucoup aimé nos réunions de travail en EAP, toutes les trois ou quatre semaines, sur une durée de sept ans. Le bénévolat, c’est grand ! Les trois heures de travail filaient vite, parce que c’était passionnant, mené avec intelligence par notre prêtre, une intelligence de l'esprit et du cœur, dans la rectitude. Je n’oublierai jamais. J’ai vu de près ce que c’est que tenir, tenir et tenir encore en fidélité à un projet réfléchi, dans le monde masculin (L’équipe était essentiellement masculine). Cela m’a impressionnée. Chapeau bas pour les hommes !

Jamais je ne me serais risquée aux lectures publiques régulières en service de personnes âgées et de grands paralysés (Béthel), et encore moins en prison (Elsau), si mon élan premier n’avait été confirmé par les membres de l’EAP, un à un, explicitement. Or, la démarche, toujours délicate pour moi, est à chaque fois de grâce dans tous les sens de ce terme. Ainsi, parmi les plus belles heures de mon existence, il y a celles-ci, de l’ordre du miracle, qui vous porte et vous emporte plus loin !

Merci à la paroisse pour tout cela, considérable en quantité et en qualité ! Ce fut en l’été de ma vie une moisson. Dans ma mémoire, toute cette beauté ne défleurira pas.

Je souhaite paix et joie à qui prendra le relai.